Posté le 11 octobre 2022 par La Rédaction

L’établissement vient de mettre en place un « circuit court » pour réduire le temps d’attente des patients.

Pas de médecin référent, pas de rendez-vous… et des urgences à la clinique Convert ou à l’hôpital Fleyriat souvent comme seul recours possible pour les Bressans. Une situation de tension renforcée par un développement de la démographie du bassin burgien et l’augmentation des difficultés médicales sur le territoire. Cette situation a engendré une réflexion au sein de la clinique Convert pour permettre d’améliorer en continu la prise en charge patient.

Depuis le 3 octobre, la clinique Convert a créé un « circuit court » au sein de ses urgences, permettant de répondre au mieux aux besoins de la population (70 patients par jour en moyenne aux urgences), de fluidifier le parcours des patients et de diminuer les temps d’attente. En pratique, une secrétaire, une infirmière dédiée et un médecin gèrent ce circuit court, ouvert de 8 h 30 à 18 h, les lundis, mardis et vendredis pour la phase initiale. Il s’étendra à 5j/7 à la fin. Le soir (après 18 h), la prise en charge restera la même qu’auparavant. Sont concernés les patients ne relevant pas d’une prise en charge médicale « longue », c’est-à-dire sans prise de sang, sans examen complémentaire ou avis spécialisés, ni hospitalisation. Cette filière dédiée accueillera toute la traumatologie non complexe (contusions, entorses, fractures non ouvertes) profitant d’un circuit direct avec la radiologie, les petites plaies, les corps étrangers dans les yeux, et toute la médecine générale urgente ou semi-urgente : syndrome grippal, angine, toux, otite, gastro-entérite, mal de dos, cystite…

Les motifs de consultation plus complexes seront gérés sur la filière classique des urgences. L’accueil des patients se fera sans rendez-vous, sur présentation à l’accueil des urgences. Les patients seront ensuite dirigés au sein du « parcours court », une fois le motif enregistré. Ce projet, en préparation depuis quelques mois, a pu se concrétiser grâce à l’augmentation d’effectif du personnel paramédical, un temps de présence supplémentaire des des médecins actuels et un engagement total de l’ensemble du personnel soignant, médical et administratif de la clinique.