Posté le 9 juin 2022 par La Rédaction

« T’es beau, t’es beau parce que t’es courageux… » Un air qui s’invite et tourne volontiers dans la tête. Un air, parmi les nombreux autres interprétés par Pauline Croze en ouverture du festival mi-juillet. Édition porte-bonheur – la 13e – d’À la folie, avec une artiste qu’on aime passionnément !

Depuis toute petite, Pauline est nourrie d’influences diverses. « De la chanson française traditionnelle, de la variété, du rock… Chacun à la maison avait des goûts très différents. Mais c’est en écoutant jouer Keziah Jones à la guitare que j’ai eu le déclic. » La jeune femme s’initie à l’instrument et continue de chanter, pour le plaisir. Ado, le plaisir est intact, mais la timidité bien trop grande pour espérer faire de la scène. Alors Pauline oeuvre en coulisses pour le compte d’assos de musique, jusqu’à rencontrer le groupe Señor Holmes au côté de qui elle fait ses premiers concerts. L’un des chanteurs la présente plus tard à Anne Claverie, qui produira son premier album. « Tout s’est enchaîné très vite… trop vite ! » Peu à peu, la Pauline traqueuse et complexée prend plaisir à monter sur scène, à se livrer en chansons. « Aujourd’hui, c’est un vrai moment de communion avec le public. » Emportée par la mélodie davantage que par le texte, l’artiste aime à jongler entre instru dense et très épurée. « Il faut trouver l’arrangement qui colle à ce qui est raconté. » Côté compos, Pauline fait de ses morceaux son défouloir. Elle y parle relations. Celles avec les autres, celle avec soi. Pose son regard sur la vie, ses schémas, chemins et dérives. D’abord avec précaution, désormais avec ironie. Et signe quelques collab’, Ben Mazué notamment, sur le très juste et toujours percutant C’est léger… « J’ai besoin d’adhérer à l’histoire, au personnage. » D’être inspirée, pour créer ensemble et avec envie. Samedi 16 juillet, c’est seule et sous les étoiles qu’elle investira le cloître du monastère. « Avoir le ciel comme seul plafond, je trouve ça très poétique. » À écouter, découvrir et savourer ? Les titres du dernier album, principalement. Une reprise de Damso, « que j’écoute beaucoup ». Une aussi « que j’aurais aimé composer » : La rua Madureira de Nino Ferrer. « Que des choses qui me plaisent et que j’ai envie d’exprimer ! » Avant de nourrir d’autres projets, sur d’autres terrains : « Le jazz, pourquoi pas… L’anglais aussi, mais il faut que j’améliore mon accent ! »

La prog’

• Samedi 16 juillet (20:30), Pauline Croze
Chanson française
Pour une soirée chaleureuse et réconfortante à coup sûr !

• Samedi 23 juillet (20:30), The Buttshakers
Soul – USA & Lyon
Pour allumer en nous cette furieuse envie de danser !

• Samedi 30 juillet (20:30), Gabi Hartmann
Musique du monde – jazz
Pour voyager en musique à travers le monde !

• Samedi 6 août (20:30), The Bonny Man
Musique irlandaise
Pour faire le plein d’énergie avec ces musiques traditionnelles irlandaises !

• Samedi 13 août (20:30), Quatuor Tchalik
Classique
Pour s’échapper dans les oeuvres de Saint-Saëns, Chostakovitch ou encore Dvoˇrák !

• Samedi 20 août (20:30), Léopoldine HH
Chanson française
Pour voyager vers un univers inédit !

• Samedi 27 août (20:30), Célia Kameni & Alfio Origlio
Jazz
Pour une expérience artistique jouissive.

Infos et résa : www.monastere-de-brou.fr