Posté le 7 avril 2022 par La Rédaction

Vivez une expérience unique en immersion totale pour la 18e édition du festival Good Rockin’Tonight à Attignat.

« Well, I heard the news, there’s Good Rockin’ Tonight »… « Bien, j’ai entendu les nouvelles, il y a du bon rock ce soir ». Voilà comment un classique de Presley a donné son nom et ses lettres de noblesse au plus beau rock’n’roll fest de France, sinon d’Europe. La bonne nouvelle mon cher Elvis, c’est qu’il y aura bien un Good Rockin’Tonight en 2022.

Rockers à banane et pin-up à choucroute

Après deux ans sans, Lyliane et Jacky – le GRT canal historique – promettent de tout secouer (« Shaking All Over ? ») Vingt ans déjà que ces deux fondus de rock’n’roll ont créé leur festival. Tout seuls avec leurs petits doigts à se démener comme des diables. Au début, les pontes de la Culture regardaient de haut ce couple décalé dans sa CX Break, une ancienne ambulance…
Aujourd’hui, plus personne ne sourit, même si l’association Blue Monday souhaite davantage de reconnaissance. Car le Good Rockin fédère quelque 5 000 fans chaque année. Rockers à banane et pin-up à choucroute, bikers tout cuir et teddy boys en costards, cow-boy à franges et titis gominés, en Harley ou en belle Américaine, ils investissent Attignat et alentours l’espace d’une semaine. La Bresse devient un petit bout d’Amérique des années 50, quelque part entre fureur de vivre et retour vers le futur. D’où viennent-ils, ces extraterrestres ? « De la région mais aussi des quatre coins de France et d’Europe, cartographie Jacky. Les Bretons sont là depuis la première édition. On compte une grosse colonie toulousaine. Les Belges seront une vingtaine. On a reçu des mails de Hambourg ou de Hanovre. Un couple d’Anglais descend ici alors qu’ils habitent à cinq kilomètres du Hemsby Festival… » Sans parler des rock-trotters débarqués de Californie ou d’Australie par le passé !

Univers parallèle

Que trouvent-ils à Memphis-en-Bresse ? Toute la musique qu’ils aiment, déjà. Une trentaine de groupes, dont sept artistes américains, se partagent la présente affiche. S’y croisent des pionniers qui ont connu Elvis d’avant le Service, tel Hayden Thompson, 84 ans, mais aussi une meute de jeunes chiens fous (« Hound Dogs » ?) qui régénèrent le genre. Le Good Rockin’Tonight est une affaire de mémoire et de transmission. Et ça joue, ça danse, ça roule des hanches et des épaules jusqu’au bout de
la nuit, depuis le warm-up du jeudi à l’hommage final à Eddie Cochran du lundi. Entre les deux, impossible de détailler un programme pléthorique.
Bal monté, concours de danse, tremplins, concerts off, guitar parties,
stands divers… Ici, l’immersion dans les 50’s est totale et garantie dans ses moindres détails. Plus fort que le Metaverse, se projeter dans cet univers parallèle truculent et euphorisant, est une expérience unique à vivre au moins une fois. D’autant que cette année, l’actualité fait partie du voyage. « Dimanche 24 avril, nous annoncerons en direct le résultat de la présidentielle promet Jacky. Mais pour nous, le seul vote utile, c’est rock’n’roll ! »

Festival Good Rockin’Tonight
Du 21 au 25 avril à Attignat
Réservations : www.bluemonday01.com


L’Internationale du rock’n’roll
Nul besoin d’être looké comme James Dean et Marilyn pour intégrer cette
édition internationale, intergénérationnelle et solidaire du GRT. « Tu trouves aussi bien les mômes de 16 ans que leurs grands-parents, le directeur du Crédit agricole que des prolos » note Jacky.
Tous unis sous la bannière du rock’n’roll. Lorsque leur festival est passé dans le rouge pour cause de confinement, ils ont répondu présent. « Les gens ont envoyé spontanément de l’argent. Il y en a même un qui a fait un chèque de 200 €, et je peux te dire que ce n’est pas un gars qui roule sur l’or ! Du coup, on lui a Lyliane et Jacky, offert l’intégralité du week-end. »