Posté le 1 septembre 2022 par La Rédaction

Après le succès certain rencontré par la version précédente de la Toyota Aygo, la dernière-née du constructeur japonais séduit en rectifiant ses imperfections et en métamorphosant ses lignes. Le résultat ? Un crossover aux courbes obliques davantage dignes d’un SUV sportif, tout en gardant le format d’une citadine à la fois maniable et passe-partout.

Un modèle totalement repensé

Le premier sentiment que l’on peut avoir à l’approche de ce petit gabarit, c’est justement qu’il n’en est pas un. Élevé pour affronter la vie urbaine, ce quatre places a vu ses mensurations légèrement augmenter dans les trois dimensions, gagnant ainsi en volume. Modernisé et même rajeuni, l’intérieur gagne quant à lui en impression de volume, notamment grâce au toit ouvrant. Un grand écran vient se nicher entre les deux places avant ainsi qu’une plateforme de contrôle indépendants pour la gestion de la température. Clarté des commandes, bonne répartition de ces dernières par type d’utilisation, sonorisation JBL et lignes très arrondies offrent à notre voiture du jour un vrai lifting. Les nouvelles fonctionnalités n’ont pas été oubliées. Grâce à votre application pour smartphone MyT, vous pourrez verrouiller les portes, retrouver votre voiture grâce à l’allumage des clignotants. Des fonctionnalités qui ne sont pas systématiques chez d’autres constructeurs, notamment pour de si petits modèles.

Affrontez la ville avec davantage de hauteur de vue

Concernant la conduite, le ton est donné : elle est faite pour naviguer en zone urbaine. Avec une position de conduite élevée et sa petite taille, l’Aygo X se faufile partout et devient même l’arme absolue quand il s’agit de manœuvrer dans une impasse ou sur un parking grâce à un rayon de braquage très réduit. La boîte de vitesses automatique a été totalement revue et apporte une fluidité sans pareille à chaque rapport, même en la poussant dans ses retranchements. Un plaisir malgré une motorisation légère, somme toute proportionnelle à son utilisation, comme l’indique Damien Dufour. « On pourrait imaginer qu’avec un moteur si modeste, la conduite pourrait être monotone. Il n’en est rien, la boîte est fluide, la conduite agréable, l’intérieur confortable. Un véritable outil mobilité pour particulier comme professionnel. »

Damien Dufour : « Chez Dynacité, on aime rouler en Toyota »

Natif de Bourges et résidant hors de la région jusqu’à ses quatre ans, Damien Dufour a pourtant ses origines familiales bien ancrées à Bourg-en-Bresse. Commerçants dans l’âme, ses grands-parents tinrent tout d’abord une épicerie, puis le Sport Club, un bar bien connu de la rue Notre-Dame qu’ils animèrent pendant 27 ans. Croyant au rôle sociétal que peut avoir un homme, c’est tout naturellement que Damien est entré chez Dynacité en 2009, devenant par la suite directeur des affaires juridiques, des achats et du contentieux au sein de l’OPH aindinoise en 2015. « J’ai bien fait mes études à l’étranger, m’imaginant que l’herbe serait plus verte ailleurs, mais non. Je suis finalement revenu à la maison, près de tout, loin de rien, et je me plais ici, professionnellement et personnellement, la vie dans une petite ville me convient très bien. » L’urbain, c’est quelque chose que les équipes de Dynacité connaissent bien. Avec pratiquement 150 véhicules répartis entre le siège et les cinq agences, l’office public de l’habitat, installé rue Léopold-Le-Hon à Bourg a pour objectif de verdir sa flotte. Essence, hybridation et électrique sont ainsi le fer de lance d’une refonte progressive du parc automobile pour laquelle Toyota est un partenaire de qualité. « Nous avons une relation vraiment particulière avec Kad et ses équipes. Ils se chargent de tout, y compris de l’habillage et du floquage du véhicule, jusqu’à sa livraison. Un service que l’on ne trouve pas ailleurs et qui nous fait gagner énormément de temps. Concernant l’Aygo, nous nous projetons réellement sur ce modèle. Pour un usage urbain, je trouve que c’est un petit bonbon. Très belle, maniable et tout à fait adaptée aux territoires à forte densité patrimoniale urbaine. Je la trouve assez sucrée, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, et sa consommation est très limitée, ce qui en fait un atout écologique autant qu’économique. Peu coûteuse à l’achat, en assurance, en entretien, en carburant. Un véritable atout que nous aimerions ajouter à notre flotte au plus vite ! »