Posté le 1 décembre 2022 par La Rédaction

Voilà la fin d’année et son cortège d’innombrables sorties de bandes dessinées. Difficile de faire son choix tant l’offre est variée. J’ai choisi, plutôt que de vous présenter l’ixième tome d’une longue série prolongée artificiellement ou l’adaptation souvent dispensable d’un roman, de vous encourager à découvrir un auteur important de la bande dessinée moderne : Blutch.
Honoré du Grand prix du Festival d’Angoulème en 2009, ce Strasbourgeois est considéré par ses pairs comme un monstre sacré, mais pâtit d’un manque de notoriété auprès du grand public, dû probablement à l’exigence de ses travaux. Il publie actuellement La Mer à boire, un magnifique album aux éditions 2024. Le récit se déroule dans un Bruxelles étrange aux allures de Monaco où se rend B., le personnage principal ; celui-ci est à la recherche de son amour, la belle A., égérie du parfum Arcande. Cette quête de la femme aimée, rêvée, se vivra au travers de multiples rencontres bizarres comme des Indiens ou l’armée napoléonienne ! En parallèle, A. tente elle aussi de retrouver son amant dans un monde onirique et sensuel.
Album à la construction décousue mais réfléchie, aux scènes disparates composant un puzzle mental d’une troublante beauté, aller-retour entre rêve et réalité, ce récit envoûte l’amateur d’histoires d’amours sensuelles et poétiques. Digne héritier de Fred (Philémon) et Borgès, aux compositions graphiques érotiques proches de Forest (Barbarella) et Cuvelier (Epoxy), Blutch atteint des sommets d’émotion et démontre à quel point la bande dessinée est un art majeur ! La Mer à boire est un maître livre qui ravira plus d’un lecteur.

Le choix de notre chroniqueur Érik Kempinaire
La Mer à boire, par Blutch
Éditions 2024, 28 €