Posté le 30 novembre 2023 par La Rédaction

Originaire de Bourg, Alban Dubois était l’un des grands finalistes de la saison 8 de Ninja Warrior, le parcours des héros, diffusée sur TF1. En attendant son prochain retour dans le petit écran, il partage ses acrobaties sur les réseaux sociaux.

Voilà trois saisons qu’Alban Dubois participe à l’émission Ninja Warrior, coprésentée par Denis Brogniart, Iris Mittenaere et Christophe Beaugrand. Trois saisons qu’il frôle la consécration. « Je me suis toujours retrouvé dans le dernier carré, mais je n’ai jamais vraiment su concrétiser. » Passionné de freerun (Parkour) et d’acrobaties urbaines, c’est à 18 ans que le Burgien relève pour la première fois ce défi. « Tous les ans, je regardais ce jeu à la télévision. Ma grand-mère était une grande fan, alors elle m’a inscrit. Au début, je n’y croyais pas car j’étais impressionné par tous ces obstacles, mais finalement ça l’a fait. » Après plusieurs entraînements intensifs et des sauts en cascade, Alban est sélectionné pour intégrer la saison 6. « Je me suis exercé de longs mois à l’avance, avant d’augmenter ma charge de travail. J’escaladais les murs, j’enchaînais les tractions et la musculation. Lors du premier prime, à Cannes, j’ai retrouvé tous les héros de Ninja Warrior. Ceux que j’admirais devant l’écran avec ma mamie. Je m’en souviendrai toute ma vie. » Une première expérience, qui enverra le benjamin de l’émission en finale. « Je perds face à Clément Gravier, deuxième meilleur recordman du jeu. Je voulais mettre à profit mes aptitudes et gommer certaines lacunes, ce qui m’a permis de tirer des enseignements pour la saison suivante. » Saison, où il s’incline en demi-finale contre le gagnant Charles Poujade. « Je suis simplement tombé contre plus fort que moi. Cette situation m’a forcé à être plus exigeant et plus rigoureux. »

Montée d’adrénaline

Pour prendre de la distance et revenir plus fort, Alban participe en juin dernier aux mondiaux de Ninja Warrior, à Greenboro, aux États-Unis. Une épreuve rassemblant les meilleurs athlètes de la planète. « Je voulais prendre de l’expérience, gravir un maximum d’obstacles et dépasser mes limites. Ici, j’ai retrouvé le goût de l’entraînement. Mon hygiène de vie était plus saine et l’énergie, au rendez-vous. » 2 mois plus tard, le Bressan se mesure au parcours de la saison 8 et atteint pour la seconde fois la finale. « Le chemin était vraiment difficile, je perds face à un athlète redoutable : Matthias Noirel, triple finaliste de l’émission et recordman de vitesse à la Tour des héros, une corde de 23 mètres qu’il faut grimper en moins de 30 secondes. » Mais à 20 ans, cet adepte de sensations fortes ne veut pas s’arrêter là. « Si TF1 lance une nouvelle saison l’an prochain ? Bien sûr que j’y retourne ! Ninja Warrior, c’est une ambiance, une expérience humaine. Notre seul adversaire, c’est nous-mêmes !