Posté le 2 septembre 2021 par La Rédaction

Marine Chevrel et son compagnon Damien, nous emmènent en randonnée entre la vallée de la Maurienne et l’Alpes d’Huez, accompagnés de leurs chiens-loups.

Arrivée de nuit, sous un ciel étoilé. Plus illuminé encore que les plafonds couverts d’étoiles fluorescentes (“Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans…”) La première tentative de campement s’est soldée par un échec. La route bétonnée a laissé place à du gravillon, puis de la terre caillouteuse, puis de l’herbe. Les 4×4 montés comme des monster trucks, avec pare-buffles et assez de phares pour éclairer un stade, passent. Nous, non. Base de repli, le parking du col du Glandon. À 23h30, motards, cyclistes et touristes (ceux qui veulent une photo devant le panneau du col rempli d’autocollants) ont déserté. Le jour arrive avec la découverte du paysage : montagnes, cascades, soleil et brume dans la vallée. Le départ, 3 kilomètres plus bas, en surplomb du lac d’Eau Dolle, marque la frontière entre la Savoie et l’Isère. À mi-chemin entre Maurienne et Alpe d’Huez. C’est la première échappée avec les deux loups. Chacun son harnais, sa longe, son maître.

montagne a moutons
montagne a moutons

Lacets en double nœud. Gourde, pain, saucisson. Pas de dessert, c’était le repas d’hier soir. Vestes, sacs. Top départ. Le sentier remonte le cours d’un ruisseau, entre parties rocheuses, herbeuses et marécageuses, jusqu’à un col assez vertigineux. De là s’engage une descente, puis une remontée jusqu’au versant d’en face. Les couleurs sont familières : sommets gris parsemés de neige, forêt de sapins et lacs émeraude. L’enfant loup a eu raison des tentatives en longe : à lui la liberté ! L’arrivée au lac, encore pelliculé de glace, dévoile un nouvel objectif : plus haut. Et cette fois non desservi par les cairns. Sur le pierrier, les pas se compliquent à mesure que le dévers s’accentue. En y mettant (un peu) les mains, la montée se passe jusqu’à un col ; plutôt une arête, regarde où tu mets les pieds. Rattacher l’enfant loup qui, comme Simba, se rit du danger. Prendre des photos. Amorcer la descente, alternant pas instables et luge – ou ski, selon le niveau… – sur névé. La portion finale, le long du ruisseau du départ, accueille une colonie de moutons. Loup, et enfant loup sont fous. Mais ils n’y goûteront pas. Pieds nickelés pour les uns, coussinets fatigués pour les autres, la pause se passe au bord du lac. Retour au Glandon (pour belvédère sur ledit lac), pèlerinage au col de la Croix de Fer, et départ en quête d’une chambre avec vue. À 18h, le camion est garé, les humains vaguement savonnés, les chiens anesthésiés. Le soleil se couche avec nous, les oreilles dans une nouvelle histoire des Baladeurs (podcast des Others).

montagne a moutons
montagne a moutons

Visorando

* Pic et col de l’Agnelin et lac de l’Âne

Équipementiers

* Pour humains : baskets Salomon, sac Osprey, vêtements X-Bionic et Under Armour
* Pour chiens : harnais Manmat ou Non-Stop Dogwear, longe double Non-Stop Dogwear