Posté le 30 janvier 2024 par La Rédaction

Originaire de Bourg, l’ex-cycliste Arthur Soler s’est qualifié pour les championnats du monde de l’Half Ironman qui se dérouleront à la fin de l’année (du 14 au 15 décembre 2024) à Taupo, en Nouvelle-Zélande.

Après 18 années passées sur un vélo, Arthur Soler s’est tourné en avril dernier vers le triathlon. Comme lui, le coureur Laurent Jalabert ou encore Yoann Michaud et Théo Dupras dans l’Ain, se sont reconvertis à ce sport extrême. « L’Ironman plaît beaucoup aux anciens cyclistes, car ici, le vélo est l’épreuve où l’on passe le plus de temps et forcément, c’est avantageux. » Né à Hawaï, en 1978 sur l’île d’Honolulu, son créateur John Collins, militaire américain, souhaitait rassembler dans une seule et même épreuve, ce qu’il considérait comme les trois courses les plus longues et éprouvantes de l’île : la natation (3,8 kilomètres), le cyclisme (180 kilomètres) et la course à pied (42 kilomètres).

« Une discipline qui me met en confiance »

Nouvel adepte de l’Half Ironman en courte distance, le Bressan a quitté la planète des deux-roues naturellement. « Mes années à l’ECBB et à Bourg Ain cyclisme m’ont permis de connaître les joies et les aléas du haut niveau, notamment chez les Espoirs, où j’ai terminé 10e du Tour du Léman. J’ai aussi connu une série de blessures qui m’ont éloigné des routes. À un moment donné, j’ai eu l’envie de changer d’univers, je sentais que j’avais une perte de motivation, que j’avais fait le tour du vélo. » Dans son rétroviseur, le triathlon, qu’il découvre plus jeune, avec son père Cédric et son oncle Norman. « Finalement, c’est une épreuve que j’ai toujours appréciée. Par rapport au cyclisme, j’ai une approche différente et je suis plus en confiance, même si je dois encore progresser en natation », avoue Arthur. Désormais licencié au Fit Tri Team de Villereversure, à 25 ans, le Burgien ne perd pas de temps. « Le 23 avril, j’ai débuté sur une longue distance à Cannes, en me classant 60e sur 700 internationaux, assure-t-il. Puis j’ai enchaîné en mai, à Bouvent, sur une distance olympique en terminant 9e sur 300. » Sur sa lancée, il prend la 20e place à Chalain dans le Jura et la 2e à Mâcon, toujours sur une distance olympique.

Objectif : passer sous la barre des 4 heures

Satisfait de ses performances, le triathlète suit la tendance et participe au Half Ironman de Vichy, une compétition qualificative pour les mondiaux. « Sur 1500 athlètes, je me classe 25e . Dans la catégorie des 25-29 ans, il y avait 5 tickets pour la Nouvelle-Zélande. Je termine 5e avec un chrono à 4 h30. Mon prochain objectif serait de passer sous la barre des 4 heures. » Cet hiver, il ne va pas chômer. « Pendant quelques mois, je vais m’entraîner avec mon coach à la salle et dans les bassins de Carré d’eau. » Avec toujours la même envie : performer. « Le cyclisme sur route est un sport d’endurance qui demande de l’explosivité, alors que le triathlon est bien plus linéaire, on enchaîne trois sports très différents et, physiologiquement, ça demande de s’adapter et d’être concentré à chaque instant. » Sur le vélo, dans l’eau ou sur terre, Arthur Soler évolue rapidement. Son frère cadet Jules s’est mis au défi de le suivre dans cette expérience. « Bientôt, nous serons trois. Victor, le benjamin, actuel coureur en FFC ne devrait pas tarder à nous emboîter le pas ! »