Posté le 31 août 2023 par La Rédaction

Plus gros potentiel de la génération 2005 en France, Zaccharie Risacher a choisi la JL Bourg pour vivre sa dernière saison hexagonale avant son grand saut vers la NBA.

C’est une signature qui prouve la nouvelle dimension de la JL Bourg dans le paysage du basket français. En 2018, dans la course à Sekou Doumbouya, alors le plus grand espoir national, le club burgien avait été devancé sur la ligne finale par Limoges. En 2021, le phénomène Victor Wembanyama avait écouté les arguments bressans avant d’opter pour l’Asvel. Mais cette année, c’est bien la Jeunesse laïque qui a été choisie par la nouvelle pépite tricolore, Zaccharie Risacher (18 ans). « C’est bien de pouvoir parfois récolter les fruits de notre ascension, souligne le président Julien Desbottes. Il est primordial pour moi de capitaliser sur nos belles années. À cet égard, faire venir le prospect français n°1 est éminemment important. »

Fils d’une légende du basket tricolore, le vice-champion olympique Stéphane Risacher, Zaccharie Risacher était censé être le joyau de l’Asvel cette saison. Tony Parker avait même promis de bâtir l’effectif villeurbannais autour de lui, mais le natif de Malaga a préféré prendre son envol, lassé par un temps de jeu fluctuant. « La frustration m’a poussé à prendre une nouvelle option, expliquait-il en juillet au micro de RMC. Je pense que le projet de la JL Bourg est celui qui me correspond le mieux. Je vais avoir plus de responsabilités, au sein d’un effectif dans lequel je vais pouvoir m’épanouir. »

Le tout au cœur d’une saison cruciale pour la suite de sa carrière : en juin prochain, l’ailier se présentera à la draft NBA, cette soirée new-yorkaise où les meilleurs jeunes de la planète basket sont sélectionnés pour intégrer le plus grand championnat du monde. Plus tôt dans l’année, les prévisions (qui ne sont certes pas une science exacte) plaçaient Zaccharie Risacher dans le Top 3 de la cuvée 2024, signe de son immense potentiel. Mais une coupe du monde U19 inaboutie individuellement l’a fait redescendre autour de la 15e place. Son mentor, Anthony Brossard, interrogé par BeBasket en octobre 2022, avait dressé un portrait dithyrambique de son protégé. « Zacch’ est le joueur moderne par excellence. Il sait vraiment tout faire et n’a aucune limite. Il faut en profiter, car il est assez unique ! » De quoi convaincre la JL d’opérer quelques ajustements pour l’accueillir. « Son arrivée remonte notre niveau d’exigence dans pas mal de domaines, explique Julien Desbottes. L’intérêt du club est supérieur à tout, mais il faudra le gérer à l’intérieur de l’effectif. » D’autant que les retombées éventuelles de sa présence à Ekinox ne se mesurent pas que dans le domaine sportif.

La Jeu sera l’un des clubs les plus scrutés du continent et un chèque, signé par sa future franchise NBA, de plusieurs centaines de milliers d’euros, à se partager avec l’Asvel, devrait tomber dans les caisses l’été prochain. « Ça peut nous ouvrir des horizons de reconnaissance et de développement économique », confirme le président. La JL Bourg aurait même pu être l’invitée spéciale de la NBA, qui voulait faire venir l’équipe de Freddy Fauthoux le week-end des 9-10 septembre à… Las Vegas, afin d’organiser des matchs d’exhibition. Mais le club a dû renoncer à cette exposition exceptionnelle pour des raisons logistiques. Parmi elles, le fait que Zaccharie Risacher passera une partie de son baccalauréat à ce moment-là. La dernière étape ordinaire dans la vie extraordinaire d’un jeune homme de 18 ans…

121