Posté le 9 juin 2022 par La Rédaction

Antre de la liberté culinaire s’il en est un, l’Accent latino offre à notre cuisine parfois statufiée une bouffée d’air frais qu’il faut savoir apprécier. Inclassable, inqualifiable et pourtant pleine de sincérité, nous sommes partis à la redécouverte de l’adresse de Carolina Villar Hidalgo. Un petit coin d’Iquique en plein cœur de Bourg-en-Bresse.

Depuis bientôt quatre ans, Carolina évolue dans un nouveau décor, conjuguant avec goût les couleurs de son Chili d’origine et les produits de notre terroir local. Les carafes d’eau sont filtrées par Eauriginelle, les bières de Louhans sont franco-chiliennes, les tables sont faites à la main par un artiste burgien. Rien n’est laissé au hasard, jusqu’au pan de mur complet en liège apportant par sa simple présence insonorisation et inspirations méditerranéennes. Un apéritif maison au maracuja très onctueux et le charmant sourire de Carolina ouvrent le bal d’un déjeuner haut en saveurs. Le déjeuner débute avec un écrasé de pommes de terre au citron vert. Viennent s’y superposer un râpé de radis blanc, une brunoise de légumes, quelques noisettes concassées, des olives très goûteuses, quelques herbes et une vinaigrette douce aux fruits de la passion. Une assiette très composée, où cependant rien ne manque. Le croquant de la carotte crue, la tendresse de la pomme de terre cuisinée comme dans son pays natal, la jutosité du radis, la puissance de l’olive, le tout relevé par les arômes torréfiés de la noisette. Une belle entrée qui se suffit à elle-même et conforte l’amateur de textures et de contrastes à la dégustation. Le voyage se poursuit avec une assiette plus consistante et également construite autour de la diversité de produits. Manioc, lentilles corail, maïs, pesto de feuilles de céleri branche et épinards… Un concentré de culture sud-américaine et des légumes frais, couplé à une volonté de préserver sa santé, prépondérante dans la cuisine de Carolina. Une démarche culinaire que l’on retrouve dans le dessert. Une « crème dessert » composée de patate douce et d’orange fait office de base au plat, associée à des goyaves et quelques poires cuites au vin rouge. Du quinoa bolivien et du cacao péruvien viennent finaliser la recette, accompagnés d’un biscuit au beurre végétal et au sucre muscovado. Une vision du dessert bluffante, ouvrant un nouvel univers pour le dégustateur non averti. Pas de recherche intempestive du sucre, une mesure très juste entre douceur et amertume, quelques touches de cinglance apportées par de la grenade et la volonté de puiser dans chaque produit naturel, sa substantifique moelle. Sans compromis, sans artifices. Un très beau dessert de cuisinier dont la créativité et l’intelligence ne se rencontrent que quelques fois dans une année. Un café cubain dans une tasse ramenée de voyage symbolise le clap de fin, annonçant presque dans son marc la date du prochain déjeuner. Une adresse à redécouvrir. Vous pourriez y passer de bons moments, soyez prudent(e)s !

L’accent latino
7 rue Teynière à Bourg
06 51 11 91 87

Du mardi au vendredi midi
Du vendredi au samedi soir

Le midi : entre 18 et 20 €
Soir et week-end : 35 €