Posté le 4 mai 2021 par La Rédaction

Bien située entre Bourg et Lyon, la ville de Chalamont attire les citadins en recherche de nature.

Nichée entre les grandes agglomérations que sont Lyon, Villefranche, Bourg-en-Bresse, Ambérieu-en-Bugey ou encore Mâcon, la commune de Chalamont a toujours été un secteur attractif pour une population qui a tendance à se rajeunir cette dernière décennie. En effet, si les acheteurs de moins de 30 ans ont refait leur apparition depuis 2013, la demande est en totale expansion depuis mars 2020. « Nous sommes de plus en plus sollicités par les Lyonnais, atteste Marie-Pierre Dessendier de l’agence immobilière Soni basée à Chalamont depuis 18 ans ; certains ont beau vivre dans de grands appartements haussmanniens à Lyon, beaucoup de Lyonnais, confinés en ville, sans balcon ni espaces verts, souhaitent partir ». C’est donc en recherche d’un grand bol d’air frais que de nombreux habitants de la métropole du Rhône se sont installés en Dombes. « Des Lyonnais qui veulent acheter à Chalamont, il y en a toujours eu. Mais aujourd’hui, c’est une nouvelle clientèle qui ne se laisse parfois pas le temps de réflexion. J’ai parfois du mal à les convaincre de ralentir pour étudier le cadastre, la superficie, la taxe foncière, certains veulent acheter dès la première visite. » En effet, Marie-Pierre Dessendier affirme que maisons et appartements sont vendus très rapidement, et qu’elle n’a parfois « pas le temps d’afficher les annonces dans la vitrine. »

280 000€ la maison
Même si la crise du Covid-19 et les confinements ont parfois mené des couples chalamontais au divorce et donc aux départs, la demande reste bien supérieure à l’offre. « Plusieurs lotissements doivent sortir de terre à Chalamont, selon Stéphanie Prost, de l’agence Prost également située sur la place du marché ; la population est grandissante, c’est un village amené à se développer davantage. » Pour la gérante, la situation géographique de Chalamont est un véritable atout : « Nous sommes à un carrefour de grands pôles d’attractions. Non loin de Bourg-en-Bresse, d’Ambérieu-en-Bugey et tout proche des gares de Meximieux et Villars-les-Dombes pour gagner Lyon. » C’est en effet l’avis de Lauris, trentenaire, domicilié à Lyon, actuellement en recherche d’appartement dans ce qu’il considère une périphérie urbaine : « Le mot est un peu fort, mais il est vrai que les villes restent très accessibles depuis Chalamont. On peut tout à fait vivre à la campagne et travailler en métropole. Aussi, la commune propose toutes les nécessités, un supermarché, des boulangeries, une école, des associations sportives, un centre social… La majeure partie des maisons de plain-pied avec terrain de 800 m2 sont à hauteur de 280 000 euros, et 165 000€ pour les T3 avec véranda, cave et parking. Les vagues de contamination au Covid-19 nous ont appris à changer nos habitudes et revoir nos priorités. Vivre autrement, c’est aussi l’une des conséquences. Beaucoup de choses sont amenées à évoluer, la population s’est recentrée sur ses priorités, l’habitat en est une. Je suis convaincu qu’un exode urbain est en marche. »