Posté le 16 juin 2020 par La Rédaction

Ils auraient dû se marier entre avril et septembre… Mais les mesures prises contre la propagation du coronavirus ont eu raison des cérémonies religieuses, civiles et festives préparées depuis presque deux ans par certains couples ! Témoignages.


« Très difficile à admettre », confient Emmanuelle Hyvernat 28 ans et Kevin Jouvet 28 ans du Val de Saône, deux enfants de 4 et 2 ans, auraient dû se marier le 6 juin à Fareins. Une date anniversaire du démarrage de leur vie commune. 2 ans de préparation anéantis en quelques minutes ! La cérémonie dans le parc du château devait réunir 90 personnes pour le repas préparé par un traiteur. « Est-ce que ma robe m’ira toujours le 29 mai 2021 ? ». Emmanuelle et Kevin se posent mille questions notamment au niveau financier pour un mariage évalué à environ 10 000 €.


Karine Palumbo 50 ans et Jean-Yves Pallares 53 ans, chacun une fille, résident à Ceyzériat, ont décidé de reporter leur mariage au 10 juillet 2021, après l’avoir préparé pendant une quinzaine de mois. Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule, ils s’aperçoivent que le lieu de réception initialement choisi est en dépôt de bilan. « Adieu aux arrhes versées sans aucun avertissement du restaurateur », déplorent les futurs mariés.


Pour Aurélie Revol 40 ans et Yoann Bozonnet 33 ans, deux enfants de 16 et 3 ans, à Attignat, le mariage était programmé le 20 juin. Salle des fêtes, traiteur… Tout était réservé depuis un an ! Beaucoup d’invités (300 pour le vin d’honneur) car le couple est très impliqué au niveau sportif et associatif dans sa commune. « Nous avons pris la décision de reporter au 31 juillet. Heureusement, avec la possibilité de garder l’ensemble des prestataires ! Les faire-part avaient déjà été envoyés. Obligation donc de recontacter, par téléphone, mail et réseaux sociaux, tous les convives », confie le couple.


Pour Maud Perrat 41 ans et Laurent Lemaitre 42 ans, de Tossiat, le mariage était prévu le 18 juillet dans la salle des fêtes avec un traiteur pour accueillir 300 personnes à l’apéritif et 180 convives pour le repas. Il aura finalement lieu le 17 juillet 2021. Ils ont quand même fait le choix de maintenir le mariage civil à la date prévue initialement en présence uniquement d’une dizaine de personnes. « Nos invités nous disent que c’est une sage décision et même si le mariage avait été maintenu, certains ne seraient peut-être pas venus », expliquent les tossiatis qui espèrent comme tous les futurs mariés que la pandémie ne sera définitivement plus qu’un mauvais souvenir en 2021.


Du côté des pros

Florence, Nacarat Events
« Nous avons proposé à nos clients de reporter aux mêmes conditions à une nouvelle date nos prestations. Nous avons à disposition deux bornes photo ce qui nous donne plus de disponibilités. Pour les événements organisés en juillet, nous offrons 30% de réduction sur l’ensemble de nos prestations. »

Caroline, Only Day Evénement
« Je comprends complètement que les gens souhaitent reporter, même en septembre car un mariage, c’est de la convivialité, de la proximité et du tactile. Nous n’avons pas envie d’une assemblée masquée. Le plus difficile pour moi, c’est de retrouver une date où l’ensemble des prestataires sont disponibles. Il y a embouteillage sur 2021 entre ceux qui auraient dû se marier et les nouveaux candidats. Le report se fait plus facilement sur des dates entre avril et juin. J’ai réussi à recaser mes 10 mariages prévus en 2020 aux mêmes conditions ».

Sylvie Berry Couture
« J’ai l’avantage d’être créatrice et de réaliser mes robes de mariée. Autrement, je ne sais pas comment je ferais… Forcément, il faudra retoucher les robes conçues un an auparavant. Et puis il faudra gérer de front les anciennes et nouvelles mariées. Donc, il faudra être disponible…»