Posté le 30 janvier 2024 par La Rédaction

On ne le présente plus, tant il est apprécié et plébiscité par le public français. Gad Elmaleh, humoriste marocain de son état, fait ses premiers pas à Montréal avant de venir se former au Cours Florent, et conquérir la France… Cinq ans après sa traversée de l’Atlantique, il présente son premier spectacle, Décalages, mis en scène par son ancienne professeure, la comédienne Isabelle Nanty, laquelle a vu très tôt – et continue de saluer – le potentiel de son élève. « Outre ses talents de danseur et de mime, la finesse de son sens de l’observation me sidère. » Lancé, et déjà conforté sur le créneau du one man show, il sort son deuxième spectacle, La Vie normale, tout en s’affirmant sur grand écran. Notamment dans La Vérité si je mens 2, Chouchou, Olé !, La Doublure et Hors de prix. De retour sur les planches avec L’Autre c’est moi, qui lui vaut deux ans plus tard le titre d’Homme le plus drôle de l’année, il rôde déjà les répliques de Papa est en haut, mis en scène par sa sœur Judith. S’ensuivent Sans tambour et D’ailleurs, qui rencontrent tour à tour un franc succès. L’artiste y dévoile des pans de sa propre vie, toujours avec autodérision et « cet instinct de communion avec le public »… Devenu en près de 25 ans une icône de la comédie française, Gad Elmaleh scrute le quotidien et retranscrit ses bizarreries avec un humour à nul autre pareil. Un talent, doublé d’une « puissance créative phénoménale ». L’humoriste dispensera ses dernières observations au public burgien lors de son passage à Ekinox. Lui-même, c’est le nom de son dernier spectacle, promet une forme d’introspection à partir, toujours, de situations ordinaires, parfois pénibles, vécues par tous, que lui, a l’art de rendre drôles. On adore, et on sera là. Au premier rang.

Ekinox • 39 à 59€